access_time Publié 18.12.2019

«Une leucémie était une sentence de mort il y a 50 ans»

Alexandra Weber, Responsable communication Cancer de l'Enfant en Suisse

«Une leucémie était une sentence de mort il y a 50 ans»

18.12.2019

Le cancer chez l'enfant est rare, mais agressif. Il peut avoir des conséquences à long terme graves et nécessite des thérapies spécifiques. Une campagne de sensibilisation a été récemment lancée par la faîtière Cancer de l'Enfant en Suisse.

 

L’essentiel en bref:

  • Créée en 2015, l’organisation faîtière Cancer de l’Enfant en Suisse veut améliorer la situation des enfants frappés par le cancer. L’une de ses missions est la sensibilisation du grand public aux défis rencontrés dans ce domaine et le soutien de la recherche. Elle a lancé en novembre une campagne sur la recherche clinique.

  • La recherche clinique sur le cancer de l’enfant est financée à 40% par la Confédération, le reste par des dons privés. Ce type de recherche dépend donc fortement du soutien financier de fondations donatrices, d’associations et de personnes privées.

  • Les petits patients sont soignés dans les neuf centres spécialisés en oncologie pédiatrique, dans les hôpitaux universitaires de Bâle, Berne, Lausanne, Genève et Zurich ainsi qu’à St-Gall, Lucerne, Aarau et Bellinzone.

  • Chaque année, on recense 300 nouveaux diagnostics de cancer chez les moins de 20 ans en Suisse. Près de la moitié concerne des enfants de moins de quatre ans. Il s’agit le plus souvent de leucémies (33%), de tumeurs du cerveau et de la moelle épinière (20%).

 

Entretien avec Alexandra Weber, responsable communication Cancer de l’Enfant en Suisse

Pourquoi lancer une campagne de sensibilisation sur le cancer pédiatrique?

Aujourd’hui, grâce aux progrès de la médecine, quatre enfants sur cinq peuvent être guéris. Le cancer reste toutefois la cause de mortalité la plus fréquente après les accidents; chaque semaine en Suisse, près d’un enfant en meurt. Cancer de l’Enfant en Suisse s’engage activement pour améliorer leurs chances de guérison et leur qualité de vie à long terme. Dans le cadre de cette mission, Cancer de l’Enfant en Suisse sensibilise notamment la population aux thèmes importants du cancer pédiatrique par le biais de campagnes nationales. La maladie est en effet peu connue du grand public. L’une de nos autres missions est la récolte de fonds pour mettre en œuvre nos actions et soutenir financièrement nos organisations membres. N’étant financée par la Confédération qu’à 40%, la recherche clinique dans ce domaine dépend tout particulièrement du soutien financier de fondations donatrices et de dons privés.

En quoi le thème de la recherche clinique est-il si important?

La recherche clinique sauve des vies d’enfants. A la différence de la recherche fondamentale, elle se focalise sur l'être humain. Grâce aux études cliniques, d’une part les patients bénéficient d’un traitement optimal et d‘autre part, de nouvelles connaissances médicales aidant à mieux comprendre les cancers et à développer des thérapies plus modernes sont acquises. La recherche clinique vise à améliorer les chances de survie des jeunes patients atteints de cancer et à réduire les effets à long terme de la maladie. Le cancer pédiatrique étant une maladie rare, les succès des dernières décennies ne sont dus qu’à l’étroite coopération entre les oncologues pédiatriques et les chercheurs dans le cadre d’études cliniques internationales. En participant à ces projets de recherche, les enfants bénéficient en Suisse des traitements anticancéreux les plus innovants au monde.

En comparaison internationale, où se situe la Suisse en matière de recherche sur le cancer de l’enfant?

Elle est très bien placée. Il y a 50 ans, lorsque l’on diagnostiquait une leucémie chez un enfant, c’était une sentence de mort. Aujourd’hui, grâce à la recherche clinique, environ 80% des enfants guérissent. C’est une progression énorme! Toutefois, pour pouvoir améliorer encore davantage ce taux de guérison, la recherche suisse sur le cancer de l’enfant a besoin de soutien financier. Une nécessité pour que la Suisse reste à la pointe et puisse continuer de proposer aux jeunes patients les meilleurs traitements qui existent au niveau mondial.  

Combien espérez-vous récolter?

Nous n’avons pas d’objectif chiffré. Notre mission prioritaire est l’information à un public le plus large possible sur le cancer de l’enfant. Dans nos campagnes de sensibilisation, nous soulignons que les enfants touchés par la maladie ont un besoin urgent de soutien. Nous nous réjouissons évidemment de chaque don versé, car cela nous permet de nous rapprocher un peu plus de nos objectifs.

 

Poursuivez votre lecture:

Alexandra Weber

Responsable communication Cancer de l'Enfant en Suisse

Articles apparentés

Publié 18.12.2019

«Une leucémie était une sentence de mort il y a 50 ans»

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close