access_time Publié 31.03.2022

Le temps d'une stratégie cantonale et supracantonale en matière de Covid-19 est arrivé

Dr méd. Rudolf Hauri, médecin cantonal, chef du service de la santé publique, canton de Zoug, président Association des médecins cantonaux de Suisse

Online first

Le temps d'une stratégie cantonale et supracantonale en matière de Covid-19 est arrivé

31.03.2022

Le 31 mars 2022 marque la fin de la situation particulière, conformément à la loi sur les épidémies, en Suisse. Ainsi, la politique de santé pourra s'appuyer à nouveau sur ses structures ordinaires et se recentrer sur des objectifs plus larges que la seule capacité des unités de soins intensifs. La possibilité d'un changement de perspective se présente, loin du mode de crise et ouvert aux opportunités d'une politique de santé globale.

 

La version complète de l'article paraîtra le 6 avril dans le BMS n°14.

 

La pandémie de coronavirus a commencé en Suisse avec le premier cas signalé le 24 février 2020. D'abord, l'objectif était d'empêcher le virus de s'installer («suppression»). Cependant, le fait que l'infection s'effectue déjà pendant la phase présymptomatique ainsi que la grande proportion de personnes infectées asymptomatiques et pourtant contagieuses ont entraîné l'échec de cette approche. Les mesures drastiques prises ont entrainé une baisse rapide du nombre de cas. L'approche de l’été 2020 visant à endiguer le nombre de cas («containment») a d'abord été un succès. Dans le cadre de la deuxième vague beaucoup plus grave commençant en octobre 2020 et des suivantes, un changement d'approche visant un ralentissement de la propagation («mitigation») a lieu, tel que formulé pour la première fois dans le modèle des trois phases du Conseil fédéral du 12 mai 2021. Entretemps, le débat public et politique s'est presque entièrement concentré sur l'objectif d'empêcher l'effondrement du système de santé et en particulier des unités de soins intensifs.

Grâce aux développements actuels, le danger d'un effondrement du système de santé semble avoir été évité. Avec le retour prévisible à une situation normale, la répartition des responsabilités entre la Confédération et les cantons changent à nouveau. Le tableau ci-dessous donne un aperçu de la répartition des tâches conformément à la loi sur les épidémies.

Après une phase de transition, les acteurs du système de santé assumeront à nouveau leur rôle conformément à une situation épidémiologique normale, et la responsabilité de la politique en matière de coronavirus reviendra aussi aux directions cantonales de la santé. Ainsi, après s'être concentré sur le maintien du fonctionnement du système de santé, d'autres aspects tels que le principe de précaution, la qualité de vie et les soins de santé pour toutes et tous ou les conditions de travail dans le domaine de la santé pourront revenir au centre des discussions. Les structures de lutte contre les épidémies et la vaccination pourront être adaptées aux nouveaux besoins, les réglementations être remplacées par des recommandations de comportement, de nouvelles normes sociales pourront émerger, des approches innovantes être testées et des offres de soins de santé adaptées à la demande être développées.
Les futures mesures devraient être alignées sur les objectifs, tels qu'ils peuvent être définis pour des stratégies cantonales et pour la collaboration supracantonale. Comme dans le cas d'autres maladies, ces objectifs peuvent viser minimiser le nombre de maladies et leurs conséquences ainsi qu'à assurer un développement durable des systèmes de santé et d'autres domaines, tels que l'éducation, le travail, les loisirs et la culture, les voyages et le tourisme. Enfin, les expériences des deux dernières années doivent aussi être évaluées au niveau cantonal et local et utilisées pour se préparer aux prochaines menaces pandémiques.

L’article complet sera publié le 6 avril 2022 dans le Bulletin des médecins suisses. Il illustre ces expériences, il propose des possibles objectifs pour une future stratégie cantonale et supracantonale en matière de coronavirus et décrit une procédure pour les développer.
 

Tableau

Répartition des tâches de protection contre les infections et des tâches pertinentes de niveau supérieur entre Confédération et cantons. Le retour à une situation normale ouvre de nouvelles possibilités pour les cantons.

 

A propos des auteurs:

Rudolf Hauri, Dr méd., médecin cantonal, chef de service du service de la santé publique, canton de Zoug, président de l'association des médecins cantonaux de Suisse VKS-AMCS; Martin Pfister, Landammann et directeur de la santé du canton de Zoug; Yvonne Gilli, Dr méd., présidente de la fédération des médecins suisses FMH, Berne; Dunja Nicca, Dr. sc. med., chercheuse en soins infirmiers, Corona-Zentrum, Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention der Universität Zürich; Andrée Friedl, Dr méd., médecin cheffe infectiologie/hygiène hospitalière, hôpital cantonal de Baden; Simon Fuchs, Dr méd., MPH, médecin cantonal, canton de Bâle-Ville, Bâle; Samuel Erny,  Dipl. méd., MPH, médecin cantonal, canton de Bâle-Campagne, Liestal; Thomas Plattner, Dr méd., MPH, médecin cantonal, canton de Fribourg, Fribourg; Eva Martin-Diener, MSc, MPH, Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention der Universität Zürich; Brian Martin, PD Dr méd., MPH, service médico-militaire, armée suisse, Berne; Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention der Universität Zürich

 

Dr méd. Rudolf Hauri

médecin cantonal, chef du service de la santé publique, canton de Zoug, président Association des médecins cantonaux de Suisse

Articles apparentés

Publié 31.03.2022

Le temps d'une stratégie cantonale et supracantonale en matière de Covid-19 est arrivé

Bloggen Sie mit!

Wollen Sie auch einen Blogbeitrag publizieren? Dann schreiben Sie uns!

Mail an Redaktion

Verpassen Sie keinen Artikel!

close