access_time Publié 20.11.2018

Une vie autodéterminée jusqu’à la fin

Dr méd. Andreas Weber, responsable médical de l’équipe Palliative Care du GZO, Wetzikon

Online only

Une vie autodéterminée jusqu’à la fin

20.11.2018

Anticipation médicale et planification des urgences en tant qu’éléments clés

L’essentiel en bref:

  • En mai 2017, une vaste équipe de médecins, d’éthicien-ne-s et d’infirmiers/ières a lancé le projet «Advance Care Planning und Notfallplanung bei palliativen Patienten» (planification anticipée du projet thérapeutique et planification des urgences des patients en soins palliatifs ACP-NOPA).
     
  • Le souhait de mourir à domicile n’a pu être respecté que chez 20% des patient-e-s selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (2006 – 2011). Cela tient au fait qu’un grand nombre de patient-e-s en soins palliatifs sont hospitalisés d’urgence dans les six mois qui précèdent leur décès. 80% de ces admissions d’urgence sont cependant prévisibles, donc en grande partie évitables, autrement dit les patient-e-s pourraient également être pris en charge en EMS ou à domicile.
     

Monsieur Weber, où le concept d’ACP-NOPA au développement duquel vous avez participé est-il déjà utilisé en Suisse?

Pendant la phase pilote actuelle, il est entre autres utilisé par les hôpitaux de Männedorf et Wetzikon, ainsi que des équipes mobiles telles qu’Onko Plus, le service spécialisé de Spitex Zürich et un cabinet collectif de médecins de famille.

Quelles sont vos conclusions?

Rétrospectivement, nous pouvons affirmer que le processus ACP-NOPA a d’une part permis aux patients participants de bénéficier d’une aide rapide et conforme à leurs attentes en situation de crise. Et d’autre part, il nous a permis d’éviter des hospitalisations, des examens et des traitements inutiles.

Comment établit-on concrètement un plan d’urgence conforme au concept d’ACP-NOPA?

Du personnel infirmier spécialement formé s’entretient pendant deux heures environ avec les patients concernés. Il s’agit avant tout de déterminer ce qui importe le plus au patient, l’objectif thérapeutique qu’il souhaite poursuivre. Est-ce que sa priorité est de ne pas souffrir ou est-ce qu’il veut vivre le plus longtemps possible? Sur la base de ces informations, les directives anticipées et le plan d’urgence sont ensuite élaborés de concert.

Il existe déjà différentes formes de plans d’urgence. Qu’est-ce qui rend la NOPA que vous avez codéveloppée unique?

Deux points en particulier. D’une part, notre NOPA se concentre sur l’objectif thérapeutique individuel. Il est très important de le connaître lors d’une intervention de crise. Si, par exemple, une patiente qui veut vivre le plus longtemps possible souffre de détresse respiratoire, il faut en trouver les causes et ne pas lui administrer des opiacés comme le veut la procédure standard. En revanche, c’est l’inverse si la patiente en a fini avec la vie et que sa priorité est de ne pas souffrir. C’est pourquoi je trouve les plans d’urgence standardisés dangereux, parce qu’ils ne tiennent pas compte de l’objectif thérapeutique global.

Et le second point qui distingue l’ACP-NOPA d’autres plans comparables?

La NOPA est adaptée à la maladie de fond. L’outil en ligne aide à définir pour chaque personne concernée les situations de crise spécifiques à sa maladie qui ont de fortes probabilités de se produire. Nous pouvons ainsi définir le comportement à adopter lors de ces crises potentielles pour que toutes les parties prenantes sachent comment y réagir. Par exemple, chez les patients atteints d’un cancer de la région abdominale, la procédure en cas d’occlusion intestinale est discutée afin que l’on puisse réagir rapidement et correctement s’il se produit des vomissements. De nombreux plans d’urgence standard recommandent simplement des prokinétiques en cas de vomissements, or ils sont contre-indiqués lors d’une occlusion intestinale.

Quelles sont les étapes prévues pour l’année à venir?

Nous souhaitons d’une part présenter le concept d’ACP-NOPA à d’autres institutions et l’intégrer à leurs processus. Et d’autre part, diverses institutions utiliseront l’outil en complément de l’élaboration de directives anticipées chez des personnes moins malades.

Liens d’approfondissement:

ACP-NOPA (en allemand) 

Prix d’encouragement fmc 2017 pour l’ACP-NOPA: planification conjointe et prévisionnelle de situations d’urgence et du suivi médical

Poster (en allemand) «Konzept ACP-NOPA» 

Dr méd. Andreas Weber

responsable médical de l’équipe Palliative Care du GZO, Wetzikon

Articles apparentés

Publié 20.11.2018

Une vie autodéterminée jusqu’à la fin

Verpassen Sie keinen Artikel!

close