access_time Publié 24.07.2018

«Élargir son horizon est toujours bénéfique»

Dr méd. Martine Favero, Médecin-assistante à la clinique de gynécologie de l’hôpital cantonal de Winterthour, membre du comité du Forum des Jeunes de la SSGO, membre du comité de l’ENTOG, Winterthour

Aus- und Weiterbildung

«Élargir son horizon est toujours bénéfique»

24.07.2018

Pourquoi cela vaut la peine de profiter des possibilités d’acquérir de l’expérience à l’étranger lorsque l’on est médecin-assistant.

 

L’essentiel en bref:

 

Madame Favero, vous êtes l’un des deux médecins-assistants suisses à avoir eu la chance de participer au programme d’échange 2018 de l’ENTOG. Pouvez-vous nous décrire brièvement cet événement?

Cette année, le pays hôte était la France. La manifestation a réuni 49 médecins-assistants de 25 pays européens. Répartis en trois groupes, nous avons participé au travail quotidien en service de gynécologie dans les hôpitaux universitaires de différentes villes pendant trois jours. Pour finir, tous les participants se sont réunis pour un congrès de formation postgraduée d’une journée à Paris.

 

Que vous a apporté cette semaine?

Beaucoup de choses à différents égards. D’une part elle montre aux médecins-assistants qu’ils devraient oser tirer davantage parti des possibilités de formation et de formation postgraduée, y compris à l’étranger. La plupart sont en effet reconnues et peuvent donc être prises en compte dans la formation de médecin spécialiste. Il est par ailleurs toujours bénéfique de découvrir comment se pratique la médecine à l’étranger. On constate ainsi personnellement les avantages et inconvénients de méthodes spécifiques et on se demande parfois ce que signifie réellement «evidence-based».

Troisièmement, les différences culturelles sont parfois frappantes. On apprend ainsi beaucoup de choses sur la formation postgraduée, la situation juridique et les différences géopolitiques dans d’autres pays – et tous ces éléments peuvent avoir un fort impact sur le travail. Enfin et surtout, les échanges entre collègues sont bien sûr très enrichissants.

 

Quels projets à l’étranger l’ENTOG propose-t-il en plus du programme d’échange?

D’une part, l’EBCOG ((Hyperlink)) attribue trois bourses par an pour un stage de trois mois dans un centre de formation européen. Et d’autre part, le projet pilote «one2one exchange» a démarré. Il s’agit d’une plateforme sur laquelle les médecins-assistants peuvent s’inscrire en tant qu’invités ou hôtes, dans le but de promouvoir les échanges intra-européens à travers des séjours d’une à quatre semaines à l’étranger.

 

Essaierez-vous à l’avenir à nouveau d’effectuer une partie de votre formation hors de Suisse?

Oui, car je considère que pouvoir travailler dans des cliniques qui ne nous ouvriraient pas leurs portes sans de tels programmes est une énorme opportunité. De plus, ces séjours internationaux offrent l’avantage de nombres élevés de cas et permettent d’assister à diverses opérations. Enfin, il est toujours bénéfique d’élargir son horizon.

 

Liens d’approfondissement:

Un excellent exemple de coopération et de réseautage international

Dr méd. Martine Favero

Médecin-assistante à la clinique de gynécologie de l’hôpital cantonal de Winterthour, membre du comité du Forum des Jeunes de la SSGO, membre du comité de l’ENTOG, Winterthour

Articles apparentés

Publié 24.07.2018

«Élargir son horizon est toujours bénéfique»