Tribune

Commentaire

DOI: https://doi.org/10.4414/bms.2018.17281
Date de publication: 07.11.2018
Bull Med Suisses. 2018;99(45):1590

Anne-Françoise Allaz

Professeur, Consultante au Centre de la Douleur des Hôpitaux Universitaires de Genève, Membre du Conseil scientifique de l’Académie suisse de ­Médecine Psychosomatique et Psychosociale

Le texte du Dr Walter Kissel [1] représente un texte d’opinion, basé sur une expérience clinique de plus de 25 ans comme interniste et expert d’assurance auprès de patients souffrant de douleurs chroniques et en particulier de fibromyalgie.

Le modèle personnel qu’il présente concernant l’intrication émotionnelle et neuro-musculaire chez les patients souffrant de douleurs chroniques correspond à une fine observation et est en grande partie corroboré par les découvertes récentes des neurosciences. En effet, l’activation par toute douleur des régions corticales sensori-motrices et simultanément de celles liées à l’identification des émotions est maintenant largement reconnue.

Les «douleurs centrales primaires; Primär-zentrale Schmerzen» dont il est question dans ce texte peuvent quant à elles être comprises comme correspondant à la «sensibilisation centrale» de cette hyperalgésie dissociée d’une lésion périphérique [2], qui est très largement associée à notre compréhension actuelle de la fibromyalgie [3]. La sensibilisation centrale – également identifiée dans d’autres syndromes douloureux chroniques – semble pouvoir être induite par de nombreux événements, dont des traumatismes physiques douloureux ou, comme l’évoque notre collègue, par des facteurs émotionnels, dont les traumatismes psychiques [4, 5].

Ces derniers – tout en méritant la plus grande attention [6] – ne représentent cependant pas la seule origine de la fibromyalgie, qui est un syndrome aux déterminants multifactoriels et complexes, faisant l’objet de nombreuses hypothèses provenant de la recherche dans les domaines rhumatologique, neurologique, hormonal, immunologique et infectieux, mais restant encore en quête d’un modèle explicatif consensuel. ­Relevons que l’Association Internationale pour l’étude de la Douleur, l’IASP, vient de réunir de nombreuses ­réflexions et avancées concernant ce syndrome dans un ouvrage de revue, qui devrait contribuer à une mise à niveau de nos connaissances sur la fibromyalgie et sa complexité [7].

Adresse de correspondance

Correspondance:
anne-francoise.allaz[at]hcuge.ch

Références

1 Kissel W. Der primär-zentrale Schmerz. Bull Med Suisse. 2018;99(45):1587–9.

2 Wallit B, Ceko M, Gracely JL, Gracely RH. Neuroimaging of central sensitivity syndromes: key insights from the scientific literature. Curr Rheumatol Rev. 2016;12:55–87.

3 Yunus MB. Central sensitivity syndromes: a new paradigm and group nosology for fibromyalgia and overlapping conditions, and the related issue of disease versus illness. Sem Arthritis Rheum. 2008;37:339–52.

4 Afari N, Ahumada SM, Wright LJ, et al. Psychological trauma and functional somatic syndromes: a systematic review and meta-analysis. Psychosom Med. 2014;76:2–11.

5 You DS, Meagher MW. Childhood adversity and pain sensitisation. Psychosom Med. 2016;78:1084–93.

6 Cedraschi C et Allaz AF. Psychological Aspects and Psychological Approaches in FM. In: Häuser W and Perrot S (eds). Fibromyalgia syndrome and widespread Pain. Philadelphia: Wolters Kluwer, IASP press; 2019, 291–300.

7 Häuser W and Perrot S. Fibromyalgia syndrome and widespread Pain. Philadelphia: Wolters Kluwer, IASP press; 2019, 314 pages.

Verpassen Sie keinen Artikel!

close