Autres groupements et institutions

Le Curriculum bernois de ­médecine interne générale

DOI: https://doi.org/10.4414/bms.2018.06704
Date de publication: 23.05.2018
Bull Med Suisses. 2018;99(21):649-651

Sven Streit1, Martin Perrig2, Nicolas Rodondi1, 2, Drahomir Aujesky2

1 Institut Bernois de Médecine de Famille (BIHAM), Université de Berne

2 Clinique Universitaire de Médecine Interne Générale (KAIM), Inselspital, Berne

Le système de santé a besoin de spécialistes en Médecine Interne Générale (MIG) travaillant comme Généralistes pour offrir des soins de haute qualité tout en utilisant les ressources de manière optimale. La prise en charge centrée sur le patient et l’évitement de sur-, ou sous-traitement font partie des tâches importantes des généralistes [1]. La discipline de MIG est appréciée des médecins assistantes et représente, avec 23%, le titre de spécialiste le plus choisi [2].

Résumé

Le système de santé suisse a besoin de suffisamment de généralistes* bien formés, en particulier compte tenu du manque de médecins de famille et d’internistes hospitaliers. La formation postgraduée pour l’obtention du titre de spécialiste de Médecine Interne Générale (MIG) offre aux assistantes, durant leurs 3 années de formation de base, une flexibilité maximale avec plus de 300 établissements de formation en milieu stationnaire et presque 1200 en ambulatoire à disposition. Cette flexibilité et cette possibilité de personnalisation de la formation sont des avantages, mais ­représentent également le point faible du programme de formation post­graduée.

Du fait que la formation postgraduée se déroule souvent dans plusieurs établissements de formation, indépendants les uns des autres, celle-ci se déroule souvent de manière non-coordonnée et fragmentée, avec une ­durée moyenne de 8–9 ans. Compte tenu de l’abondance des possibilités de formation postgraduée et des différentes voies de carrière (interniste hospitalier, médecin de famille, carrière académique), un mentoring longitudinal et un conseil de carrière sont primordiaux. Cette contribution décrit un curriculum de formation postgraduée novateur et coordonné pour la MIG, reposant sur la collaboration entre l’hôpital universitaire et les hôpitaux périphériques de l’Insel Gruppe AG, ainsi que l’Institut Bernois de ­Médecine de Famille. Avec 136 postes de rotation dans 25 disciplines, le Curriculum bernois de MIG représente le plus grand curriculum structuré de formation postgraduée pour les médecins assistantes souhaitant le titre de spécialiste en MIG.

Le programme de formation postgraduée pour la spécialisation MIG comprend une formation de base de 3 ans en médecine interne générale stationnaire et ­ambulatoire et une formation postgraduée secondaire selon la voie de carrière choisie (médecin de famille ou interniste hospitalier) [1]. La perméabilité entre les voies de carrière permet une grande flexibilité et un aménagement individuel de la formation postgraduée, avec 300 établissements de formation postgraduée stationnaires de MIG et 1200 rotations en cabinet médical à choix. Pour la formation secondaire il existe en plus des possibilités de for­ma­tion postgraduée dans plus de 30 disciplines internistes et non-internistes à choix. Comme, et en raison du système actuel, la formation postgraduée a lieu dans plusieurs établissements indépendants les uns des autres, celle-ci se déroule souvent de manière non-coordonnée et fragmentée. Compte tenu de l’abondance des possibilités de formation postgraduée et des voies de carrière (interniste hospitalier, médecin de ­famille, carrière académique), un mentoring longitudinal conséquent et un conseil de carrière sont primordiaux. Cependant, à cause de la formation fragmentée ceux-ci n’ont souvent pas suffisamment lieu. Ceci permet également d’expliquer, pourquoi la durée moyenne de formation postgraduée depuis l’examen fédéral jusqu’au titre de spécialiste est de 8 à 9 ans [3].

Des sondages confirment qu’une organisation longitudinale de leur formation, accompagnée par un mentoring actif, est importante pour les jeunes médecins ­[4–7]. Grâce à ces curricula offrant un conseil individuel sur le long-terme, la planification de l’activité professionnelle future est conçue de manière efficace en prenant en compte les souhaits personnels, tel que le travail à temps partiel [8]. Comme pour beaucoup d’assistantes le but de devenir «généraliste» se consolide durant la phase précoce de la formation postgraduée, un curriculum accompagnateur bien structuré est particulièrement important durant les premières années de formation postgraduée [6].

Pour ces raisons, le groupe de travail de la relève de la Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG) conseille explicitement la création de curricula de formation postgraduée systématiques et coordonnés, avec un mentoring actif pour favoriser la relève [9]. Les établissements de formation postgraduée seront invités à offrir régulièrement des Knowledge- et Skills-Training organisés de manière systématique, individua­lisables, et adaptés au curriculum pour chaque stade de la formation postgraduée. Pour améliorer la coor­dination entre les établissements précédents et les suivants, les établissements de formation postgraduée doivent créer des réseaux harmonisés entre eux. Les curricula doivent, de plus, comprendre un mentoring systématique et un conseil de carrière depuis le début et offrir, au moins dans les hôpitaux centraux, les voies de carrières spécifiques (médecin de famille, interniste hospitalier).

A Berne, il existe actuellement, grâce à la collaboration entre la Clinique Universitaire de Médecine Interne et les hôpitaux périphériques de l’Insel Gruppe AG, ainsi que l’Institut Bernois de Médecine de Famille, un cur­riculum systématique et coordonné de formation post­graduée pour la MIG. Le nouveau Curriculum Bernois pour la Médecine Interne Générale comprend une formation postgraduée complète de 5 ans, structurée et prenant en compte le stade de formation postgraduée, amenant jusqu’au titre de spécialiste de MIG. Le cur­riculum de deux étapes est flexible et modulable en fonction des buts personnels et du stade de formation postgraduée (voir figure).

fullscreen
Structure du Curriculum Bernois de Médecine Interne Générale en deux étapes.

Les médecins assistantes peuvent commencer leur formation postgraduée de base de 3 ans en MIG dans un des trois hôpitaux périphériques de l’Insel Gruppe (Aarberg, Münsingen, Riggisberg), dans lesquels, à côté des compétences internistes de base, elles auront aussi la possibilité d’être confrontées à de la petite chirurgie (par ex. traitement des plaies). Après environ une année de formation postgraduée a lieu le changement interne vers la Clinique Universitaire ou Policlinique MIG de l’Inselspital, où l’évaluation et le traitement de patients de tout le spectre de la MIG se trouvent au centre, y compris les cas hautement complexes et rares. Les principes de la Evidence-based Médecine et Smarter Medicine seront transmis aux médecins assistantes ­directement au lit des patients plusieurs fois par ­semaine lors des Teaching-Sessions. Une transmission systématique des savoirs théoriques et des Skills-Training pratiques, en groupe et avec du matériel moderne de simulation, complètent la formation postgraduée. La formation postgraduée de base sera complétée par des postes dans le domaine ambulatoire des Urgences universitaires de l’Inselspital respectivement, de la Poli­clinique médicale universitaire. De plus, il existe déjà dans les hôpitaux périphériques la possibilité de se familiariser avec l’Ultrason.

Quelles disciplines offre le Curriculum bernois de MIG?
Angiologie
Assistanat en cabinet
Cardiologie, y compris réhabilitation
Chirurgie
Chirurgie cardiovasculaire
Chirurgie viscérale
Dermatologie
Endocrinologie
Gastroentérologie/Hépatologie (stationnaire)
Hématologie
Hépatologie (ambulatoire)
Infectiologie
Médecine interne générale (policlinique)
Médecine interne générale (stationnaire)
Néphrologie (ambulatoire)
Néphrologie (stationnaire)
Neurologie, y compris Urgences
Oncologie (ambulatoire)
Oncologie (stationnaire)
ORL
Orthopédie
Pédiatrie (Urgences)
Pharmacologie clinique
Pneumologie
Psychiatrie
Radiologie (Ultrason)
Recherche clinique
Rhumatologie (ambulatoire)
Rhumatologie (stationnaire)
Soins intensifs
Soins palliatifs
Urgences

Les deux années de formation secondaire se concen­trent ensuite, selon les souhaits, sur une formation diri­gée vers la médecine de famille, la médecine ­interne hospitalière ou la carrière académique. Au ­total, 136 places de rotation dans 25 disciplines sont à disposition (voir tableau). La voie d’interniste hospitalier se base surtout sur les domaines utiles à l’hôpital, comme la médecine d’urgence et intensive, et amène en principe à l’activité de chef de clinique. La voie de médecine de famille se focalise sur les disciplines utiles en ­médecine ambulatoire, telles que la rhumatologie, dermatologie, etc. Pour les futures médecins de famille, l’assistanat en cabinet représente une possibilité d’acquérir directement de l’expérience dans les soins ambulatoires de base. L’assistanat en cabinet augmente également la chance de devenir plus tard effectivement médecin de famille [10]. Les deux voies sont conçues de manière flexible, modulable et perméable et permettent en grande partie une formation postgraduée personnalisée.

Un mentoring individuel et actif par l’hôpital ou les ­généralistes responsables des cabinets médicaux accompagne les participants durant tout le curriculum. Selon la voie, un médecin de famille, interniste hospitalier ou académique – en fonction du but de carrière, se met à disposition comme mentor pour la planification d’une carrière à long terme. Lors d’entretiens réguliers, la planification des prochaines rotations sera défi­nie selon les souhaits et les possibilités. Une attention particulière est mise sur la conciliation entre travail et vie de famille. Les Mentores connaissent les conditions pour l’obtention du titre FMH et y préparent les médecins assistantes de manière optimale. La planification de rotation plutôt complexe sera managée par une équipe médicale professionnelle.

Du fait que, comme dans d’autres spécialisations, il existe en MIG un manque de relève académique, le curriculum bernois de MIG offre un maximum de pos­sibilités de recherche dans les domaines stationnaire et ambulatoire de MIG, où l’accent est mis sur une ­recherche clinique centrée sur les patients. Le travail de recherche sera accompagné de Mentoring et Training académiques (par ex. rédaction d’articles scientifiques, rédaction de protocoles de recherches). Selon les souhaits, suivra un séjour dédié à la ­recherche dans une Université de pointe nord-américaine, proposant également un programme de Master en Clinical Research. Comme alternative, il sera possible d’obtenir un titre de Master of Medical Edu­cation à l’Université de Berne ou à l’étranger.

Le curriculum bernois est ouvert à toutes les médecins assistantes qui ont pour but de se former en MIG, indépendamment du stade de formation. Les assistan­tes fraîchement sorties des études, tout comme les assis­tantes ayant déjà acquis une expérience pro­fessionnelle peuvent profiter du programme. La flexibilité, la structure coordonnée, le mentoring et l’accès prioritaire à des places de rotation sont les raisons ­essentielles, qui encouragent les médecins assistantes à postu­ler pour une place dans le curriculum bernois de MIG. Plus d’informations sont à disposition sur www.bernercurriculum-aim.ch.

* Pour simplifier la rédaction et faciliter la compréhension du texte, seul le modèle féminin a été utilisé. Il est cependant évident que les deux sexes sont concernés par le texte.

Crédits

Mis à disposition par les auteurs

Adresse de correspondance

PD Dr Sven Streit, MSc
Leiter Nachwuchs &
Vernetzung Hausärzte
Gesellschaftsstrasse 49
CH-3012 Berne
Tél. 031 631 58 75
Fax 031 631 58 71
sven.streit[at]biham.unibe.ch

Références

1 Weiterbildungsprogramm Allgemeine Innere Medizin.
https://www.fmh.ch/bildung-siwf/fachgebiete/facharzttitel-und-­schwerpunkte/allgemeine-innere-medizin.html

2 Hofstettler S, Kraft E. FMH-Ärztestatistik 2017 – aktuelle Zahlen. Schweiz Ärztezeitung, 2018;99(13–14):408–13.

3 Angaben gemäss SWIF für die Jahre 2003–2014 unter Ausschluss von Ärztinnen mit ausländischem Arztdiplom und oder Weiterbildungszeit > 15 Jahren.

4 Lee J et al. Preparing residents for family practice: the role of an integrated «Triple C» curriculum. Can Med Educ J. 2013 Mar 31;4(1).

5 Lubitz R, et al. Residents’ perceptions of an integrated longitudinal curriculum: a qualitative study. Can Med Educ J. 2015 Dec 11;6(2).

6 Tandjung R, et al. Career after successful medical board examination in general practice – a cross-sectional survey. Swiss Med Wkly, 2013. 143: p. w13839.

7 Flum E, et al. Training Standards Statements of Family Medicine Postgraduate Training – A Review of Existing Documents Worldwide. PLoS One, 2016. 11(7).

8 Buddeberg-Fischer B, Stamm M, and Schweiz Staatssekretariat für Bildung und Forschung, Mentoring in der Medizin: Formen, Konzepte und Erfahrungen: Bericht über Mentoring-Programme am Universitätsspital und an der Medizinischen Fakultät der Universität Zürich 2002–2011. Schriftenreihe SBF, 2012, Bern: Staatssekretariat für Bildung und Forschung SBF. 85, 248–57, 14 S.

9 Gaspoz JM, et al. Allgemeine Innere Medizin: Nachwuchs ins Zentrum gerückt. Schweizerische Ärztezeitung, 2018;99(10):300–2.

10 Studerus L, Ahrens R, Haeuptle C, Goeldlin A, Streit S. Optional part-time and longer GP training modules in GP practices asso­ci­ated with more trainees becoming GPs – a cohort study in Swit­zer­land. BMC Fam Pract (2018) 19:5 doi 10.1186/s12875-017-0706-1.

Verpassen Sie keinen Artikel!

close