Organisations

Lutter contre les traitements excessifs ou inappropriés

DOI: https://doi.org/10.4414/bms.2022.20990
Date de publication: 28.09.2022
Bull Med Suisses. 2022;103(39):37-38

Lars Clarfeld

Dr méd., directeur de «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland»

Recherche L’association «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» lutte contre les traitements médicaux excessifs ou inappropriés en Suisse. L’organisation a créé son propre instrument de financement de projets de recherche en 2021. Cette année, la bourse de recherche est remise au concours.

Mesures inutiles de la vitamine D ou communication centrée sur les patientes et patiens lors de la prescription d’antibiotiques: les deux projets sélectionnés l’an passé montrent comment il est possible de réduire les traitements ou les examens inutiles. «Moins, c’est parfois plus» – c’est avec cette devise que smarter medicine souhaite sensibiliser la population au thème de la surmédicalisation et des soins inappropriés dans le système de santé suisse, et l’encourager à participer aux décisions. «Trop souvent, on recourt à des moyens inutiles pour diagnostiquer comme pour soigner les patients et, malheureusement, ce qui n’est pas nécessaire n’est pas forcément inoffensif», explique le Prof. Henri Bounameaux, président de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) et vice-président de smarter medicine.

Besoin de recherches supplémentaires

En promouvant la recherche qui favorise une prise en charge optimale des patientes et patients, l’association entend contribuer davantage à une qualité de traitement élevée en Suisse et octroie chaque année une bourse d’encouragement pour la recherche ciblée sur le «low value care». «Les projets de recherche qui étudient des mesures contre la surmédicalisation et les soins inappropriés sont rares», déclare Dr Lars Clarfeld, directeur. «Nous entendons y remédier grâce à l’outil d’encouragement mis en place». Bénéficiaires des premières bourses d’encouragement de l’association sont la chercheuse PD Dre Carole E. Aubert, MSc, Clinique universitaire de médecine interne générale, Hôpital de l’Île, et Institut bernois de médecine de famille de l’Université de Berne, ainsi que le chercheur Dr Andreas Plate, MSc, Institut de médecine de famille, Université et Hôpital universitaire de Zurich. Ces deux projets de recherche sont exemplaires, car ils montrent comment réduire les traitements inutiles et comment associer, de manière ciblée, les patientes et patients et leurs proches au processus décisionnel («Shared Decision Making»).

fullscreen
PD Dr méd. Carole Aubert, MSc, et Dr méd. Andreas Plate, MSc, ont reçu la première bourse de recherche de «smarter medicine» en 2021.
© smarter medicine / Ramon Lehmann

Décisions communes

Un dosage de la vitamine D n’est utile que dans de rares cas, car il a une influence minime sur la décision de supplémentation en vitamine D. De fait, en l’absence d’un facteur de risque telle l’absorption réduite des nutriments, les avantages d’un apport supplémentaire en vitamine D ne sont pas clairs. Des études internationales le montrent. «Malgré cela, la vitamine D est très souvent mesurée dans le sang, ce qui peut conduire à une supplémentation dont l’utilité est incertaine, et donc à des coûts de la santé inutiles», explique PD Dre méd. Carole E. Aubert. Elle examine à présent la fréquence des dosages et des prescriptions inutiles de vitamine D chez les personnes âgées dans les hôpitaux universitaires suisses de Berne et de Lausanne ainsi que l’influence de deux interventions différentes sur l’ampleur du dosage et de la supplémentation inutiles en vitamine D dans le groupe de patientes et patients examiné.

Avec son projet de recherche «The ‘Smarter Decision’ Study», Dr Plate étudie les effets positifs d’une fiche d’information de «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» face à la prescription inutile d’antibiotiques en cas d’infections des voies respiratoires supérieures. Le message à faire passer aux patientes et patients de manière compréhensible est qu’en général, les traitements antibiotiques ne sont pas nécessaires pour soigner ces infections, car celles-ci sont principalement dues à des virus.

Pour les patientes et les patients

Outre l’encouragement de la recherche, l’association à but non lucratif s’engage également fortement dans la sensibilisation des patientes et des patients à ce sujet – actuellement avec une campagne nationale. En parallèle, des sociétés de discipline médicale et des organisations professionnelles publient sur «smarter medicine» des listes Top 5 comprenant chacune cinq mesures médicales généralement inutiles. Entretemps, une vingtaine de listes Top 5 ont été publiées – chacune dans une version pour les professionnels et une pour les profanes. Dans ce contexte, les recommandations sont à considérer comme des lignes directrices qui doivent inciter les professionnels de la santé à prendre des décisions communes avec leurs patientes et patients ou leurs proches sur les démarches à suivre. Le réseau de partenaires composé d’hôpitaux, de sociétés spécialisées et d’autres organisations ne cesse de croître: 36 organisations de santé, dont 15 hôpitaux universitaires, cantonaux et régionaux, des sociétés médicales et d’autres organisations telles que la FMH se sont engagées en faveur des objectifs de smarter medicine et envoient ainsi un signal fort à leurs membres, aux patientes et patients et aux régulateurs en faveur d’une prise en charge optimale des patientes et patients.

À propos de smarter medicine

Depuis sa création en 2017, l’association faîtière «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» s’engage pour une prise en charge optimale des patientes et patients en évitant la surmédicalisation et les soins inappropriés en Suisse. L’association est soutenue par la Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG), l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM), l’Association Suisse de Physiothérapie, la Fédération Suisse des Associations professionnelles du domaine de la Santé (fsas) ainsi que des organisations de consommateurs et de patientes et patients.

Pour de plus amples informations sur «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland», veuillez consulter le site www.smartermedicine.ch

Appel d’offres bourse d’encouragement 2022

En 2022 également, l’association à but non lucratif «smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland» lance un appel d’offres pour la bourse d’encouragement d’un montant maximal de CHF 40 000, à attribuer à un projet au moins. Veuillez noter que seuls les projets étudiant les soins low-value en Suisse sont pris en compte, à l’instar de l’utilité des listes Top 5 ou d’autres mesures de smarter medicine – Choosing Wisely Switzerland ou Choosing Wisely International. Tous les types de projets (interventions, études d’observation, réanalyses de données existantes, études qualitatives, etc.) – qu’ils soient réalisés par des non-médecins ou par d’autres professionnels de la santé – sont les bienvenus. Les personnes non retenues dans le cadre de l’appel d’offres de l’an dernier peuvent à nouveau présenter leurs projets à l’occasion de l’appel d’offres de cette année.

Délai: jusqu’au 30 septembre 2022, 23 h 59

Vous trouverez de plus amples informations sur www.smartermedicine.ch

Correspondance

smartermedicine[at]sgaim.ch

fullscreen
Le dosage inutile de vitamine D peut faire grimper les coûts des soins de santé.

© Jarun011 / Dreamstime

Verpassen Sie keinen Artikel!

close