500
500

Tribune

Enfin un engagement actif du corps médical suisse en faveur du climat

Quand on veut, on peut

DOI: https://doi.org/10.4414/bms.2022.20577
Date de publication: 27.04.2022
Bull Med Suisses. 2022;103(17):573-574

René Jaccarda, Cristian Martuccib, Matthias Steinemannc, Jean-Luc Gérardd

a Dr méd., Commission scientifique Grands-parents pour le climat CH; b Cand. méd., HealthForFuture Bâle; c Dr méd., Association des médecins indépendants Zurich (Verein unabhängiger Ärztinnen und Ärzte [VUA] Zurich); d Dr méd., Commission scientifique Grands-parents pour le climat CH

Alors que la pandémie de Covid-19 marque peu à peu le pas, le prochain défi sanitaire, encore plus important, pourrait être la crise climatique. En plus des décisions politiques et des analyses scientifiques, des mesures fortes doivent désormais être mises en œuvre. Le corps médical est aussi mis à contribution.

Le dernier rapport du GIEC d’août 2021 [1] et la Conférence mondiale sur le climat de Glasgow (COP26) de novembre 2021 ne laissent aucun doute sur la gravité et l’urgence de la situation: si nous ne voulons pas, après la pandémie de Covid-19, glisser vers une catastrophe incomparablement plus grave, des mesures efficaces de protection du climat doivent être mises en place à tous les niveaux. Avant la conférence de Glasgow, le directeur général de l’OMS, Dr Tedros A. Ghebreyesus, et le secrétaire général de l’ONU, M. Guterres, ont qualifié de manière unanime et sans équivoque les conséquences sanitaires du changement climatique qui nous attendent comme le plus grand défi médical du XXIe siècle [2].

fullscreen
Kineticimagery | Dreamstime.com

Dans de nombreux pays, des organisations professionnelles de médecins, des projets de coopération scientifique et des services publics de santé participent à la mise en œuvre de mesures d’adaptation et d’atténuation pour la protection de tous [3].

Dans notre pays, riche en ressources financières et intellectuelles, des acteurs importants de l’industrie, de la construction, des transports, de la finance et de l’agriculture s’engagent également en faveur de la laborieuse transition vers une société décarbonisée: des plans climatiques avec des stratégies «zéro net» voient le jour un peu partout. Il est donc grand temps pour le corps medical suisse d’en finir avec les interminables procédures de consultation et élaborations de documents stratégiques et de passer immédiatement à l’action. Constater lors de l’assemblée des délégués de la FMH en octobre 2021 «Aucun projet concret n’a été initié jusqu’à présent» [4] ne suffit tout simplement pas.

Les possibilités pour la FMH et pour nous médecins d’agir rapidement et de manière ciblée ne manquent pas. Les auteurs du présent article recommandent les engagements suivants:

Action politique: la FMH demande que la «section environnement et santé» de l’OFSP soit remise en service et chargée des questions liées au climat, à la biodiversité, à la médecine et à la santé.

Les hôpitaux agissent: la FMH met à disposition des hôpitaux des systèmes de mesure de l’empreinte carbone et des catalogues de mesures ciblées d’économie de CO2 et d’adaptation au climat (objectif: «certificat climatique» pour les hôpitaux).

Agir au niveau des médecins résidents: la FMH met à disposition des systèmes de mesure de l’empreinte carbone et des catalogues de mesures ciblées d’économie de CO2 et d’adaptation au climat pour les cabinets / lieux de soins ambulatoires (objectif: «certificat climatique» pour les cabinets).

Action dans le domaine universitaire: la FMH s’engage pour que la santé planétaire soit dès maintenant solidement ancrée dans la formation médicale initiale et continue.

Action dans le domaine financier: la FMH soutient de manière sélective les caisses de pension dont la politique de placement correspond à une stratégie limitant la hausse du réchauffement à 1,5 °C conformément à l’Accord de Paris sur le climat. Elle n’autorise dans la partie annonces du BMS que les caisses de pension qui fournissent des indications claires sur la pertinence climatique de leurs placements.

Voici quelques commentaires à ces sujets:

– La suppression de la «section environnement et santé» de l’OFSP en 2006 par le conseiller fédéral Pascal Couchepin s’est entre-temps révélée une erreur: elle est considérée comme l’une des raisons de décès dus à la chaleur en 2015 et 2018 [5]. Sans cette section, le bilan des gaz à effet de serre du système de santé suisse reste inconnu – malgré les premiers résultats partiels [6] – et la planification rationnelle d’une démarche de réduction impossible.

– Des systèmes de mesure et de pilotage des écobilans des hôpitaux et des cabinets médicaux ont déjà été développés à l’étranger et y ont fait leurs preuves: pourquoi pas en Suisse [7, 8]?

– Actuellement, ni les facultés de médecine, ni la formation postgraduée des médecins n’accordent une place sérieuse au climat: la FMH est à même d’améliorer cela dès maintenant.

– Les salariés du secteur médical alimentent leurs caisses de pension avec plusieurs milliards de francs suisses investis dans des fonds qui nuisent au climat [9]. La FMH s’engage immédiatement pour une politique d’investissement respectueuse du climat de toutes les caisses de pension coopérant avec le corps médical, en appliquant des critères de classi­fication publiés [10, 11].

D’autres propositions entrent certainement en ligne de compte et il est sans doute vrai, comme l’a écrit Kafka, que «c’est en marchant que l’on trouve des chemins» [12]. Mais quid de la volonté de se mettre enfin en route?

L’essentiel en bref

• Des organisations telles que l’OMS et l’ONU craignent que le changement climatique ne provoque des dégâts sanitaires de grande ampleur et ne conduise à une crise médicale.

• Les auteurs demandent à la FMH d’initier des mesures pratiques encourageant la réduction de la production de CO2.

• Ils recommandent notamment la réintroduction de la «section environnement et santé» de l’Office fédéral de la santé publique, des systèmes de mesure de l’empreinte carbone pour les hôpitaux et les cabinets médicaux, l’intégration de la «santé planétaire» dans la formation médicale ainsi que le soutien des caisses de pension ayant une politique de placement respectueuse du climat.

Adresse de correspondance

redaktion.saez[at]emh.ch

Références

 1 Climate change widespread, rapid and intensifying. IPCC. Aug. 2021; online: https://www.ipcc.ch/2021/08/09/ar6-wg1-20210809-pr/

 2 Global health workforce urges action to avert health catastrophe. WHO. Oct. 2021; online: https://www.who.int/news/item/11-10-2021-who-s-10-calls-for-climate-action-to-assure-sustained-recovery-from-covid-19

 3 Romanello M, et al. The 2021 report of the Lancet Countdown on health and climate change: code red for a healthy future. Lancet. 2021;398:1619–62.

 4 Beschluss-Protokoll der zweiten Ärztekammer 2021. Schweiz Ärzteztg. 2022;103(1–2):5–19.

 5 Ragettli MS, Röösli M. Hitzesommer 2018, Auswirkungen auf die Sterblichkeit und kantonale Präventionsmassnahmen. Swiss TPH. 2019; online https://www.swisstph.ch/de/swiss-tph-news/heatwaves-increase-emergency-admissions-to-swiss-­hospitals/

 6 Rippstein J. «Un hôpital sur deux peut réduire de moitié son empreinte CO2». Bull Med Suisses. 2021;102(45):1490–2.

 7 Royal College of General Practitioners; online: https://www.greenerpractice.co.uk/new-page-4

 8 Dzau VJ, et al. Decarbonizing the U.S. Health Sector – A Call to Action. N Engl J Med. 2021;385:2117–9.

 9 Jaccard R, Hagnauer U. La catastrophe climatique et nos caisses de pension. Bull Med Suisses. 2021;102(7):262–3.

10 Klima-Rating, Klima-Allianz. Jan. 2022; online: https://www.klima-allianz.ch/klima-rating/

11 Schweizer Finanzmarkt auf dem Prüfstand. Bundesamt für Umwelt. Nov. 2020; online: https://www.bafu.admin.ch/bafu/de/home/dokumentation/medienmitteilungen/anzeige-nsb-­unter-medienmitteilungen.msg-id-81034.html

12 Rieser R, Quinto CB, Weil B. Le chemin se fait en marchant. Bull Med Suisses. 2021;102(43):1394–6.

Verpassen Sie keinen Artikel!

close