FMH

Quand l’expérience donne des ­ailes

DOI: https://doi.org/10.4414/bms.2019.18298
Date de publication: 23.10.2019
Bull Med Suisses. 2019;100(43):1411

Jürg Unger-Köppel

Dr méd., membre du Comité central de la FMH, responsable du département Médecine et tarifs hospitaliers

En 2016, tout juste élu au Comité central de la FMH, j’ai pris les rênes du département Médecine et tarifs hospitaliers. Le département avait fait du très bon travail pour tout ce qui touchait aux questions tarifaires, et il s’agissait avant tout d’assurer la continuité de ce travail, en collaboration avec ma très compétente cheffe de division. Les besoins d’innovation se faisaient sentir plutôt du côté des soins hospitaliers. Les jeunes médecins sont l’avenir d’un hôpital et, à ce titre, les nombreux échanges avec les étudiants et les futurs spécialistes m’ont amené à ce constat: les jeunes collègues qui ne peuvent pas se reposer sur un parent ou grand- parent lui-même médecin ont plus de mal à planifier leur carrière. Ils ne savent souvent pas grand-chose des stages, des postes de formation disponibles ou d’une planification de carrière ciblée. Et c’est précisément là que l’ancienne génération peut apporter une aide décisive: en partageant et en transmettant son expérience. C’est ainsi qu’est née l’idée du programme Coach my Career.

En 2016, souvenons-nous, la cohésion de la FMH était durement mise à l’épreuve dans le contexte de la votation générale sur le nouveau tarif TAR… – comment ­s’appelait-il déjà? Il nous fallait un nouveau projet à démarrer ensemble, qui rassemble autour d’une même table les divers groupements qui font la FMH. Au ­final, la SWIMSA, l’ASMAC, l’AMDHS, la mfe, l’ISFM ainsi que deux départements de la FMH se sont unis sous la bannière du programme Coach my Career, traduisant dans les faits la solidarité entre les générations comme entre les entités constitutives de la FMH.

A l’issue des intenses travaux préparatoires menés par le groupe de projet réunissant les entités précitées, le projet a été très favorablement accueilli par les instances décisionnelles de la FMH. Le coup d’envoi a été donné en septembre 2018, avec les premiers entretiens. Dès le départ, ces séances de conseil où deux mentors expérimentés s’associent pour coacher un jeune en ­début de carrière ont suscité un écho très favorable, si l’on en croit les retours réguliers envoyés à l’AMDHS: les «jeunes» étaient enchantés et avaient trouvé les ­entretiens très utiles dans la plupart des cas. (Pour en apprendre davantage, rendez-vous à la page 1412 du présent numéro.)

Un an plus tard, le bilan tiré par les coaches est lui aussi des plus positifs et tous, jeunes compris, travaillent avec beaucoup d’enthousiasme à la poursuite du projet. Chacun dit ne pas vouloir se reposer sur ses lauriers, et souhaite améliorer encore la qualité du travail dans le cadre du programme Coach my Career. Diverses propositions ont été élaborées visant à optimiser le projet et à affiner la compréhension des besoins de la jeune génération pour cibler encore mieux les discussions. Les rencontres annuelles de la SWIMSA et de ­l’ASMAC distillant de précieux conseils de carrière aux étudiants en fin de cursus ont été dès le début très ­largement appréciées des étudiants et seront donc poursuivies.

Comme c’est souvent le cas, la question des ressources s’est également posée pour le projet Coach my Career. Après un nombre restreint de séances et des dépenses réduites au minimum, le projet a réussi à prendre son envol grâce à un engagement indéfectible de tous les intéressés. Je tiens ici à leur exprimer à tous mes plus vifs remerciements.

Pour clore cet éditorial, permettez-moi encore une note personnelle: lorsque l’âge de la retraite approche, nous comprenons que ce sera bientôt notre tour de transmettre notre expérience, mais aussi que les collègues que nous avons consultés pour notre propre santé prendront eux aussi un repos bien mérité. A ce moment-là, au plus tard, on se demande qui veillera sur notre santé demain. Mes nombreux échanges avec la jeune génération me rendent quant à moi très optimiste: les futurs médecins sont très engagés et extrêmement professionnels.

Verpassen Sie keinen Artikel!

close