500
500

Autres groupements et institutions

Directives médico-éthiques

Directives de l’ASSM «Attitude face à la fin de vie et à la mort»

DOI: https://doi.org/10.4414/bms.2018.17337
Date de publication: 14.11.2018
Bull Med Suisses. 2018;99(46):1613

Daniel Scheidegger

Président de l’ASSM

En mai 2018, le Sénat de l’ASSM a approuvé les nouvelles directives «Attitude face à la fin de vie et à la mort». Celles-ci abordent de nombreux thèmes qui n’étaient pas encore traités dans la version antérieure de 2004 – actualisée en 2013 et retirée en mai –, dont le domaine d’application était limité aux patientes et patients en fin de vie. Les nouvelles directives contiennent des lignes directrices concernant l’attitude à adopter face au désir de mourir ainsi que des nouveaux modèles de décision tels que l’Advance Care Planning. Ces nouveautés ont été accueillies très positivement lors de la consultation. En revanche, le chapitre concernant l’assistance au suicide a déclenché un débat controversé, entre autres dans le Bulletin des médecins suisses. En octobre, l’ASSM a publié des messages clés concernant la réglementation de l’assistance au suicide, pour préciser certains éléments essentiels, parfois occultés ou relatés de manière approximative dans le débat public.

Le 25 octobre 2018, la Chambre médicale de la FMH a décidé de ne pas intégrer les nouvelles directives dans leur code déontologique et de maintenir la version de 2004. Le refus de la FMH est motivé par la ­décision de l’ASSM de prendre en considération le critère de la «souffrance subjectivement ressentie comme insupportable» comme condition possible pour une assistance médicale au suicide. La FMH considère ce critère comme une notion juridique indéterminée, qui apporte beaucoup d’incertitude pour le corps médi­cal. L’ASSM a pris connaissance de cette décision et exa­minera minutieusement ses conséquences, en im­pli­quant largement – comme pour l’adoption de ses direc­tives – tous les organes compétents: la sous-commission responsable de l’élaboration des directives, la Commission Centrale d’Éthique, le Comité de direction et le Sénat. Il est important de poursuivre les ­réflexions sur ce thème, tant au sein des experts que de la société, et d’engager un débat public nuancé dans un climat constructif.

Les directives et les messages clés mentionnés sont publiés sur le site web de l’ASSM: assm.ch/fin-de-vie-et-mort

Adresse de correspondance

lic. iur. Michelle Salathé, MAE
Responsable du ressort Ethique
ASSM
m.salathe[at]samw.ch

Verpassen Sie keinen Artikel!

close